Poudlard, 15 ans après

Venez incarner un personnage de votre choix 15 ans après la mort de Voldemort
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 l'Angleterre et le monde extérieur

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: l'Angleterre et le monde extérieur   Mar 23 Oct - 22:27

CONTEXTE EXTERIEUR


Pour éviter que des élèves étrangers de partout ne débarquent. Je me permets de préciser quelques points sur la situation entre l'Angleterre et les apys étrangers.

Au niveau moldu

C'est comme dans notre vraie vie. Les anglais sont dans l'Union Européenne mais pro USA. Balancent leur droit de véto sans arrêt pour faire reculer l'évolution européenne, prennent bien les subventions.

Ah oui, et arrêtez d'imaginer une super entente entre les anglais et les français ou les asiatiques.

Pour l'Asie, c'est comme tout le monde : on fonce, comme des morfales sur le marché chinois parce qu'on peut se faire du fric dessus. Mais on hurle qu'ils nous volent nos emplois.

Accepter les imigrés ? Vous rêvez.

Chez les sorciers

Chez les sorciers c'est pire. En dehors du fait que le Minsitre est un tyran raciste et donc guère apprécié à l'étranger, ce pays est un pays en reconstruction. Donc un pays sur lequel bien d'autres nations voudraient mettre la main. (vous vous souvenez des USA et de la France à l'après guerre ? Ben dites vous que vous pouvez dire merci à De Gaule pour les avoir envoyer paitre. Ici, c'est pareil)
Alors pour pas se faire bouffer, l'Angleterre les envoie chier (et le mot est faible)

Ajoutons à cela, une forte mentalité de "nous sommes bien dans notre bulle, ne nous découvrons pas au monde" et vous aurez l'Angleterre actuelle.

Alors des francais qui étudient en Angleterre, vous oubliez. Et vis versa.

En fait, ne réussirrons, en gros à immigrer que des étrangers dont l'Angleterre est sûre qu'ils peuvent lui apporter quelque chose (des resengements, des cerveaux, du fric)


Dernière édition par le Jeu 25 Oct - 11:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: l'Angleterre et le monde extérieur   Jeu 25 Oct - 0:08

Traduction :

Evitez de jouer autre chose qu'un anglais. ou alors bétonnez-nous le dossier justifiant que vous débarquiez en Angleterre.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: l'Angleterre et le monde extérieur   Jeu 25 Oct - 11:48

Plus d'informations sur le monde moldu



Politique extérieure

Traditionnellement, la politique étrangère du Royaume-Uni peut être présentée dans les trois dimensions évoquées par Churchill : l’Europe, la relation transatlantique et le Commonwealth. Le Commonwealth tend à voir son importance relativisée : ses 53 pays membres et ses 1,8 milliards de citoyens continuent de mobiliser la diplomatie britannique mais la part des échanges commerciaux qu’il représente pour la Grande-Bretagne n’est plus que de 11 % depuis 1980. Si l’Afrique reste une priorité pour la Grande-Bretagne, la politique étrangère est largement tournée aujourd’hui vers les Etats-Unis et la construction européenne. Le Royaume-Uni cherche constamment à concilier ces deux solidarités. C’est notamment ce qui explique son rapport spécifique à la construction européenne, ainsi que sa volonté d’être un « pivot » entre l’UE et les Etats-Unis. Le 11 septembre 2001 a conforté cette tendance. L’engagement britannique en Irak, aux côtés des Américains, est également un exemple marquant et discuté du positionnement britannique à l’égard des Etats-Unis et des Européens.

Le Royaume-Uni est également engagé militairement, au sein de l’OTAN, en Afghanistan.

Affaires européennes :

La question européenne constitue un point de débat au sein des partis et de l’opinion publique britanniques. Lors des élections européennes de 2004, 44 députés ont été élus sur des listes de partis « eurosceptiques » voire anti-européens, contre 34 affiliés à des partis favorables à l’Europe.
- Les gouvernements de Tony Blair ont constamment œuvré pour placer le Royaume-Uni « au cœur de l’Europe », tout en réaffirmant les objectifs traditionnels de la politique européenne du Royaume-Uni : préservation de la souveraineté, développement d’une politique de coopération entre Etats-nations de l’UE. Les Britanniques défendent au sein des enceintes européennes une stratégie favorable à l’élargissement et à la libéralisation de l’UE.
- En 1997, le Royaume-Uni, après avoir négocié le traité d’Amsterdam, qui instaure le pacte de stabilité et de croissance et prévoit l’élargissement de l’UE, a signé la charte sociale du traité de Maastricht et soutenu la relance de l’Europe de la défense lors du sommet de Saint-Malo (1998). Le Royaume-Uni a également chois de ne pas rejoindre la zone euro et l’espace Schengen.
- La Présidence britannique de l’UE, au second semestre 2005, a permis : la confirmation de l’ouverture des négociations d’adhésion avec la Turquie et la Croatie, la reconnaissance du statut de candidat à l’ARYM (Macédoine), l’adoption de plusieurs textes législatifs (réforme de l’organisation commune de marché du sucre, directive Reach, détention des données dans le domaine Justice et affaires intérieures). Le sommet informel de « Hampton Court », consacré à la relance de l’UE, a été préparé étroitement avec la France autour de thèmes concrets et rassembleurs.

Enfin, le Conseil européen de décembre 2005 est parvenu à un accord sur les perspectives financières 2007-2013, instaurant une modification du mécanisme de calcul du « chèque britannique » (aboutissant à une réduction de celui-ci de 10,5 Mds € sur cette période), pour une structure de dépenses largement comparable à celle contenue dans les propositions faites par la Présidence luxembourgeoise en juin, mais légèrement réduite (avec un maintien intégral de la PAC). Au Conseil européen du printemps 2006, les Britanniques ont, aux côtés de la France et des autres membres de l’Union, permis une avancée sur la directive « services », conforme aux équilibres atteints par le Parlement européen.

Prenant acte du « NON » francais et néerlandais au réferendum sur la constitution européenne, les Britanniques - sous l’égide de Tony Blair - discutent avec leurs partenaires de la perspective d’un traité simplifié reprenant certains des éléments du projet initial.

Enjeux globaux :

En 2005, le Royaume-Uni détenait également la Présidence du G8, qu’il a choisi de consacrer à deux dossiers : le changement climatique et l’aide au développement, en particulier à l’Afrique. Ce choix, qui répondait également aux priorités de la France, a permis d’obtenir des avancées importantes sur ces thèmes essentiels. Ensemble, la France et le Royaume-Uni ont ainsi joué ces dernières années un rôle clé pour faire aboutir de nombreuses initiatives internationales (convention sur l’environnement, Cour pénale internationale, et, plus récemment, convention de l’UNESCO sur la diversité culturelle).

Concernant le changement climatique Tony Blair a veillé depuis 2005, dans le cadre du G8, à faire progresser le consensus scientifique sur la réalité du phénomène du changement climatique et sur la menace qu’il posait. Il a également favorisé un dialogue intégré sur les questions climatiques et énergétiques avec les grands pays émergents (Brésil, Chine, Inde, ...). Cet effort a été poursuivi pendant les Sommets de l’Union européenne avec la Chine et l’Inde. Le Royaume-Uni a également joué un rôle clé, en tant que Président de l’Union européenne, lors de la Conférence de Montréal sur le changement climatique, qui a décidé de lancer la discussion sur l’application du protocole de Kyoto et de la Convention climat après 2012. Cette priorité est affichée avec constance, y compris aux Nations-Unies.

L’Afrique est l’autre grande priorité des Britanniques, avec comme objectif la stabilité du continent, et comme moyen, le Nouveau Partenariat pour le Développement Economique de l’Afrique (NEPAD), articulé autour de trois thèmes : la bonne gouvernance, l’intégration économique et la prévention des conflits. La Commission Blair pour l’Afrique a établi la doctrine du Royaume-Uni en termes de coopération au développement. La présidence du G8 a été l’occasion de proposer l’extension aux pays non-PMA (pays les moins avancés) des conditions préférentielles d’accès au marché figurant dans le droit commercial international. Elle a également permis de formaliser un soutien croisé entre les deux principales propositions en matière de financements innovants, la Facilité financière internationale - FFI - et la contribution internationale sur les billets d’avion. Le Royaume-Uni est d’ailleurs un des cinq Etats fondateurs d’UNITAID, la facilité internationale d’achat de médicaments lancée par les Présidents Chirac et Lulla, afin de donner aux pays en développement un accès aux traitements contre le Sida, le paludisme et la tuberculose, et qui est alimentée essentiellement par une contribution sur les billets d’avion.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: l'Angleterre et le monde extérieur   

Revenir en haut Aller en bas
 
l'Angleterre et le monde extérieur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» *Secteur ADJ47, extérieur de la muraille, haute sécurité*
» Sous la nuit pur, un signe du monde extérieur [Saibogu Zenko]
» Il paraît que je suis trop fragile pour affronter le monde extérieur ... | Pv. Orphée
» Direction pôle Nord (PV Shinzô)
» Description & Plan de table

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 15 ans après :: Gestion :: Réglement, contexte et informations :: Histoire- Géographie-
Sauter vers: