Poudlard, 15 ans après

Venez incarner un personnage de votre choix 15 ans après la mort de Voldemort
 
AccueilFAQRechercherS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 Opale d'Estrées

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Opale d'Estrées
a commencé le jeu
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 0:11

IDENTITE
Nom : d'Estrées
Prénom : Opale
Age : 14 ans
Année d'étude : 4ème

DESCRIPTION DU PERSONNAGE

Caractère (trois lignes) :

Opale est malade, mais cela ne l’a jamais freiné. Elle essaye de vivre pour le mieux avc son handicap, et fait preuve de beaucoup de courage pour cacher son impuissance physique, qu’elle compense par un mental d’acier. Beaucoup aurait déjà renoncé à vivre normalement, mais Opale, têtue, finit ses études comme une étudiante banale, obtenant de bons résultats à force de persévérance. Certes, elle à bien été tentée d’abandonner plusieurs fois, mais dans son for intérieur, elle sait qu’elle est capable d’y arriver : la preuve, elle a réussi à entrer en quatrième année. Intelligente, Opale consacre beaucoup de temps à ses études, et aime l’ambiance « hors du temps » de la bibliothèque. De plus, étudier sérieusement et avoir de bonnes notes est la condition sine qua none pour pouvoir avoir un avenir, du moins c’est ce dont elle est persuadée. Studieuse, acharnée, Opale n’est pas douée pour les relations avec les gens de son âge. Elle a trop peur des « quand dira t’on », des rumeurs, et surtout de la pitié des gens. Elle ne veut pas que les gens s’appitoient sur son sort, mais qu’ils oublient son défaut… Timide, elle fuit le contact, et s’enferme dans son jardin secret, dans ses livres, dans le silence et la solitude. Pourtant, elle n’est pas caractérielle et a un caractère doux et facile, mais Opale veut porter le poids de sa maladie seule, sans avoir à avouer ses faiblesses à son entourage. Elle ne veut pas avouer son infection et préfere garder le secret afin d’éviter les regard curieux. Attachante, Opale regrette son manque d’empathie, et fait des effort pour parler, même si elle rougit dès qu’on lui adresse la parole. Refusant de se morfondre, elle se bat chaque jour, et essaye de faire de son mieux, refusant la médiocrité. Même si au fond d’elle, Opale ne souhaite que de se blottir dans des bras réconfortants et de pleurer de fatigue, elle continue de lever la tête et de travailler sérieusement, comme elle l’avait toujours fait. Elle n’a pas un goût pour l’aventure prononcé, vu que dans son cas, cela pourrait être mortel, et préfère lire plutôt que de courir le monde. Néanmoins curieuse, elle à de nombreux centres d’interêt, et avale des étagères de livres entières, ayant toujours soif de savoir plus… Peut-être cherche t’elle dans cette quête de savoir et de sagesse un remède à sa maladie… Heureusement, depuis quelques années, la médecine qui traite ce genre de maladie du sang à fait des bonds considérables, mais pas encore assez pour qu'elle puisse vivre une vie normale. Mais grâce à une potion qui lui permet de réguler l'apport en oxygène dans son sang, Opale peut faire plus d'efforts, et s'enhardit quelques peu, prenant de plus en plus de risques, même si elle atteint toujours et forcément ses limites au bout d'un certain temps...

Physique (trois lignes) : La première chose qui frappe chez Opale est son extrème pâleur. Son visage est la plupart du temps livide, comme si le sang avait quitté son corps, qui est d’une lividité étrange, comme un organisme d’ivoire, limpide et pur. Cette blancheur ne fait ressortir avec plus de violence ses longs cheveux longs et lisses, d’un brun sombre qui coulent jusqu'à ses hanches. Ses yeux sont immenses et d’un vert profond, bordés de cils longs et noirs, ce qui agrandit son regard et le rend plus intense, plus insondable. Si Opale ne s’exprime pas beaucoup par la parole, ses yeux réfletent, extériorisent ses sentiments.
Opale est petite, frêle, mince, et fragile, ce qui l’empêche par exemple, de monter sur un balai, de jouer au Quidditch… Ce qui l’éloigne encore plus de ses camarades. Ses lèvres ne sont même pas rouges, elle sont d’un rose très pâle. Opale à toujours besoin d’être bien envellopée dans des étoffes douces et chaudes, car son corps est incapable de produire une quelconque chaleur, et elle à donc tout le temps froid.

Aime/Aime pas :

Opale aime les soirées au coin du feu, un livre à la main ou un ami avec qui discuter pendant des heures, elle aime les moments fugaces et qui peuvent paraître inutiles, comme par exemple le fait de voir le soleil se lever, la neige encore vierge de toutes traces, le sucre qui coule du jus d'un fruit qu'on vient de ceuillir, l'odeur de l'herbe fraîchement coupée,... Toutes ces petites choses lui donnent une impression de bonheur éphémères, et cela embellie ces journées, le plus souvent moroses et confinées. Elle aime aussi tout ce qui est bien faît, les beaux habits, les matières précieuses, le sucre, et la douceur d'un lit face au dortoir glacé et dur.
Opale n'aime pas l'hypocrisie, le mensonge, la honte,... Tout ce que elle endure quand elle refuse que l'on découvre qu'elle est souffrante. Bien sûr, elle arbhore la douleur, mais par dessus tout, Opale sent qu'elle ne pourra bientôt plus supporter la solitude, l'enfermement dans lequel elle s'est elle-même plongée.

PASSE

Histoire :

- Jean, je le sens, cette enfant n’est pas bien… Elle à l’air malade…

Henriette, inquiète, se confiait à son époux qui se tenait à ses côtés. Tous les deux observaient leur dernière née, une petite fille trop petite, et qui donnait l’impression de respirer difficilement.

- Allons Henriette, ne t’affole pas, c’est juste qu’elle est née un peu trop tôt… répondit Jean en haussant les épaules.

Il donna le bébé à sa femme, qui, allongée dans son lit, les yeux creusés par la fatigue qu’avait causé cet accouchement difficile, cala sa fille contre elle, celle-ci emmitoufflée dans des couvertures de cachemires chaudes. Pourtant, fidèlement aux traditions de la famille, ils avaient suspendus des branches de sureaux au dessus du lit, censées faciliter la mise au monde de l’enfant.
D’un doigt fin, Henriette caressa le visage de la petite fille, qui semblait dormir à poings fermés.

- Que tu es pâle… Jean, regarde… Elle est pâle comme la mort, et son visage est glacé ! Jean, elle est en train de mourir, Jean, je t’en prie fais quelque chose !

Jean approcha son visage de sa fille et écouta attentivement pendant quelques minutes.

- Elle respire difficilement, mais elle vit… Je vais appeler un médecin si tu veux.

Il sortit de la pièce, laissant la mère et l’enfant en tête à tête. En écoutant bien, Henriette s’aperçue que son enfant était éssouflée, comme si elle venait de faire un éffort. Pourtant, elle n’avait fait qu’avaler quelques gorgées de lait…
Le médecin n’eut pas besoin de temps pour établir un diagnostique : le bébé souffrait d’anémie. Elle ne produisait pas assez de globule rouge, donc l’oxygène ne circulait pas bien dans son corps.

- …signes courants qui sont la fatigue, les étourdissements, les palpitations, l’incapacité aux efforts physiques, et bien sûr, l’extrème paleur, récita le médecin. Malheureusement, nous devrons attendre qu’elle grandisse avant tout traitement, et il est de notoriété publique que ceux-ci sont, mis à part la transfusion, parfaitement inneficaces. Reste à savoir si il existe un remède sorcier, mais je ne pense pas. Du moins, je vais faire tout mon possible pour trouver, croyez moi.

Ainsi, la petite fille fut nommée Opale, à cause de la teinte opaline de son visage. Elle grandit, difficilement, mais elle grandit quand même, prenant peu à peu conscience que certaines choses lui étaient interdites, voir impossible. Quand elle jouait avec ses frères et sœurs dans le jardin, il lui était impossible de continuer au bout de 5 minutes. Essouflée, une douleur violente à la poitrine, elle devait s’arrêter et s’assoir. Souvent même, elle ne pouvait plus rien faire d’autre après, car elle était en proie à de grosses fatigues qui la clouaient au lit pendant quelques fois des journées entières. Une simple promenade prenait pour elle des allures de randonnée dangereuse, et elle finissait bien souvent dans les bras d’un de ses frères ou de son père, trop épuisée pour pouvoir rentrer.
La fillette vivait donc l’ivresse de l’enfance par procuration, à travers ses frères et sœurs qui lui racontaient les sensations dès leur retour à la maison. Ainsi, Opale avait l’impression de vivre une partie de son enfance, de vivre autre chose que la fatigue, les palpitations au moindre effort, et le feu de cheminée de sa chambre, qui flambait et réchauffait la pièce même en été.
Très couvée par ses frères et sœurs, elle fut cajolée, et Adam, son frère le plus agé la prenait souvent sur son dos dès que les parents regardaient ailleur pour l’emmener dans l’eau de mer glacée, ou bien à travers les champs couvert de fleurs du printemps breton. Malgré tout, Opale restait à l’écart des autres, se contentant de les regarder jouer et rire. Puis vint le temps d’aller à l’école.

Ce fut le plus gros drame que la famille ait connu : son père était convaincu qu’il fallait qu’Opale aille à l’école, pour voir autre chose que le château de pierres froides et rencontrer d’autres élèves de son âge. Sa mère, quand à elle, était persuadée que sa fille allait mourir à l’école, sans soins ni protection, qu’elle n’allait pas pouvoir suivre les cours, et qu’elle ne se ferait jamais d’amis, handicapée par sa maladie.
Ce fut Opale qui décida. Et elle partit à l’école. Déjà, son caractère s’était affirmé et sa personnalité commençait à se rélever. Elle n’aimait pas l’échec et allait se battre jusqu’au bout.
Les premiers temps furent difficiles. Elle ne pouvait se rendre facilement aux cours, devant emprunter de longs couloirs, monter des escaliers, marcher, et être attentive et concentrée durant de longues heures. Mais elle s’y fit, et pris l’habitude de toujours partir beaucoup plus tôt que l’heure du cours, afin d’y être à l’heure.
De plus, elle se plongea à corps perdu dans ses études, souhaitant par là une reconnaissance de ses qualités, qu’elle n’avait pas physique mais psychique. Ses résultats furent bons, et pendant 3 ans, elle s’isola des autres pour travailler seule, au coin du feu, un livre ouvert sur ses genoux.

Elle profitait des vacances pour rejoindre sa famille et elle ne les quittait plus, jusqu'à ce que l’heure de retourner à l’école était arrivée.

Famille :

Père : Jean d'Estrées, travaille au Ministère de la coopération magique. Le père d’Opale est l’unique decendant d’une longue et vieille famille de sorciers, qui vit depuis des générations en France, dans un château en Bretagne, éloigné du monde Moldu et sorcier. D’une nature franche et entière, c’est un homme attaché à l’honneur de sa famille et à la réussite de ses enfants. Très droit, il ne supporte aucun manquement à l’estime de son nom, et rejète toute forme de faiblesse, qu’elle soit physique ou psychologique. C’est ce qui rend difficile la relation qu’il entretient avec sa cadette. Constamment partagé entre ses devoirs et ses sentiments envers sa fille, il ne parvient pas à choisir… Choisir entre accepter la déficience de sa fille et perdre la face (en tout cas, pour lui), et se cacher la réalité et faire comme si de rien n’était. Il faut dire que Jean d'Estrées est un homme puissant, fort, grand, à la machoire carrée et au regard dur de l’homme qui sait ce qu’il veut et qui l’obtiendra, quoi qu’il arrive. L’éloignement qu’il a lui-même choisit en restant dans le château familial lui fait croire qu’il est à l’abri du regard des autres et ce n’est que là qu’il se sent à l’abri, à l’écart du reste, seul avec sa famille. Finalement, c’est un homme simple qui essaye d’appliquer au mieux les préceptes archaïques que lui ont transmis ses ancêtres, mais qui en fin de compte les tourne à sa façon pour essayer de rendre la vie de tout le monde plus douce et simple.

Mère : Henriette de Combourg. Henriette est elle aussi issue d’une famille de sorciers, cependant moins ancienne que celle de l’homme qu’elle épousa, un peu contre son gré alors qu’elle était enceinte. C’est une femme très douce, toujours serviable et souriante, qui a un regard très tendre et agréable. Ouverte d’esprit, elle fait tout pour alléger le quotidien dans le château, ne rejete jamais personne, écoute et réconforte tous ceux qui en ont besoin. Elle aime plus que tout au monde ses enfants, et ne se lasse pas de les regarder à n’importe quel moment de la journée ou de la nuit, toujours présente à leur côtés, les couvrant d’amour et de tendresse maternelle. Elle s’isole souvent, et reste des heures devant la fenêtre, une expression vague et mélancolique sur le visage, ou bien erre sans but dans l’immense jardin sur la falaise, qui surplombe une mer toujours agitée et sombre, qui vient s’écraser avec violence et fracas sur la roche. Un peu lunatique et timide, Henriette ne contredit jamais son mari, et ne prend aucune décision en dehors de l’éducation de ses enfants.

BAGUETTE
Longueur : 15.5 centimètre, très souple.
Bois, élément magique : Bois de noisetier, qui contient un cheveux de vélane.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 9:52

Je mettrai un peu de gras et je regarderai ca ce soir. La, je dois aller travailler. Mais je t'ai vu.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 19:56

à nous.

Après lecture.

Sublime, magnifique. Y a pratiquement aucune faute d'orthographe *_* L'histoire est bien montée, le personnage aussi.

VALIDEE.

A toi de choisir si tu veux jouer ta répartition (crée alors le topic dans le forum adéquat. Je te laisse chercher Wink ) ou si tu veux que je te répartisse directement et dis le ici.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Opale d'Estrées
a commencé le jeu
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 20:06

Embarassed merci... Je préfererais être répartie tout de suite, si c'est possible, pour commencer à jouer ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Admin
Administrateur
Administrateur
avatar

Nombre de messages : 1161
Age : 37
Date d'inscription : 08/08/2007

MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 20:10

Ca ne t'empechait pas de jouer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://rpg-poudlard.freeforumfree.com
Opale d'Estrées
a commencé le jeu
avatar

Nombre de messages : 23
Age : 26
Date d'inscription : 23/09/2007

MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   Lun 24 Sep - 20:17

Je préferais attendre, jouer une serdaigle et une poufsouffle n'est pas la même chose ^^ maintenant, je suis fixée, je peux commencer Very Happy
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Opale d'Estrées   

Revenir en haut Aller en bas
 
Opale d'Estrées
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» OPALE PETITE PEKINOISE DE 2 ANS (BEZIERS 34500) ADOPTEE
» Intrus... [PV: Couleur d'Opale]
» Opale. [Elsa]
» Pendule d'Opale [Objet magique - autres - humaine]VALIDE
» Pokémon version Opale

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Poudlard, 15 ans après :: Gestion :: Présentation :: Présentations validées-
Sauter vers: